softSkill1

Les soft skills : les compétences de demain

Les soft skills : les compétences de demain

 

 

Il y a encore quelques années, les diplômes étaient la porte d’entrée à de grandes entreprises, un « bon travail », un bon salaire. Mais, depuis peu, un diplôme ne suffit pas et l’on voit apparaître sur les curriculums vitae la section « soft skills ». La question se pose de l’intérêt de cette section pour les entreprises.

 

Les soft skills, qu’est-ce que c’est ?

Les soft skills (ou compétences douces), en opposition aux « hard skills », qui sont les savoir-faire et compétences techniques, sont les compétences comportementales et relationnelles assurant le développement professionnel du travailleur.

Parmi les soft skills les plus appréciés, il y a : la capacité d’écoute, d’accompagnement et de conseil des professionnels, la communication, la collaboration et le sens du collectif, la créativité, l’empathie, l’esprit critique, la capacité à résoudre efficacement des problèmes, la gestion du temps et du stress.

 

Quel est l’intérêt des soft skills pour les entreprises ?

Si certains des soft skills cités précédemment vous paraissent indispensables, tels que la communication ou la gestion du temps, ils ne l’étaient pas il y a une trentaine d’années quand la plupart des postes étaient beaucoup plus scindés et que chaque travailleur avait une unique tâche à réaliser de manière récurrente.

Aujourd’hui, il a été montré que le succès des individus et des entreprises reposait globalement à 80% sur les soft skills et à seulement 20% sur les hard skills.

Alors en quoi l’esprit critique, la capacité d’écoute, la gestion du stress ou encore la créativité sont-ils utiles ?

La créativité permet de résoudre des problèmes nouveaux et donc le développement de l’innovation de l'entreprise.

La capacité d’écoute, d’accompagnement et de conseil permet d’être un bon manager qui sait donner des feedbacks constructifs et bienveillants, et de développer un accompagnement sur-mesure pour chaque collaborateur.

softSkill2

Cela va bien sûr de pair avec la communication. En effet, une personne avec une bonne capacité d’écoute sera bloquée si elle ne sait pas bien communiquer (à l’oral comme à l’écrit), c’est-à-dire se faire écouter mais surtout comprendre donc adapter son discours à son interlocuteur.

La capacité à collaborer et le sens du collectif sont indispensables dans un monde où le travail en équipe prime. Il faut donc savoir trouver sa place dans un groupe pour créer de la valeur et atteindre un objectif sans écraser les autres dans le groupe.

L’empathie permet d'anticiper les besoins et y répondre proactivement et ainsi d'accroître considérablement l'efficacité et la motivation de ses collaborateurs mais également d’avoir une fluidité des échanges et une harmonie au sein des équipes.

L’esprit critique est la capacité à regrouper les informations dont on dispose, à faire le tri, à les organiser rapidement pour produire un raisonnement logique. Il s’agit donc de prendre du recul sur les situations et de développer une argumentation pour en faire un atout stratégique. 

La capacité à résoudre efficacement des problèmes permet de gagner du temps et d’innover.

La gestion du temps et du stress permet à l’entreprise d’être plus productive et créative. La qualité de vie au travail est donc un aspect majeur du bon fonctionnement d’une entreprise.         

Tous ces soft skills sont donc utiles pour l’entreprise mais cela ne suffit pas à en faire un aspect attrayant pour le salarié.

 

Quel est l’intérêt des soft skills pour les salariés ?

Bien sûr, l’intérêt premier pourrait être une embauche plus rapide mais ce n’est pas ce qui ressort le plus.

Tout d’abord, d’après une étude du Stanford Research Institute International et de la Carnegie Mellon Foundation, la poursuite d’études et de carrières longues dépend à 75% de l’apprentissage des soft skills. Les soft skills sont donc indispensables à la réussite scolaire et professionnelle.

Mais aussi, avec l’automatisation, de nombreux métiers disparaissent et les tâches à réaliser se complexifient, les soft skills permettent donc au salarié d’avoir les compétences nécessaires à son travail.

Et surtout, le développement des soft skills permet d’être plus heureux et en meilleure santé. En effet, une étude réalisée par le service d’épidémiologie du Collège Universitaire de Londres a montré que la pleine conscience, la stabilité émotionnelle, la persévérance, le self-control et l’optimisme influaient sur la santé ainsi que sur la dépression et la contraction de maladies chroniques.

Mais comment les soft skills permettent-ils d’être plus heureux ?

Tout simplement en étant moins stressé, plus à l’aise avec ses collaborateurs mais aussi avec ses chefs et subalternes, plus épanoui grâce à la réalisation de tâches complexes et nécessitant de la créativité, de l’esprit critique, etc.

 

Comment acquérir des soft skills ?

softSkill3

L’acquisition de soft skills se fait en partie à l’école et lors des études supérieures avec l’apprentissage par les travaux et projets de groupe qui nécessitent des compétences en communication, écoute, leadership, résolution de problèmes, gestion du temps et du stress, etc. Mais ce qui, aujourd’hui, permet d’acquérir le plus de soft skills, sont les loisirs et en étude supérieur l’investissement dans les associations scolaires.

La Junior-Entreprise EPF Projets Sceaux en est un très bon exemple. Fonctionnant comme une mini entreprise avec ses différents pôles ayant des tâches attribuées, mais devant travailler ensemble pour le bon fonctionnement de l’association. Les membres de l’association voient donc leur compétences relationnelles et comportementales se développer pour une meilleure efficacité dans leur travail mais aussi dans le travail de leurs collaborateurs internes comme externes à la Junior-Entreprise.

Vous savez maintenant pourquoi il est important de s’investir dans les associations étudiantes et l’importance des softs skills. Alors à vos CVs pour y intégrer les vôtres !